CFA Institut des Métiers de l'Artisanat

Confiez-nous votre talent, nous en ferons un métier!
Beauté Auto-moto-cycles Alimentation Découverte des Métiers

Les Erasmusdays arrivent bientôt au CFA IMA !

Les #Erasmusdays, se sont trois jours de célébration du programme Erasmus +, de la mobilité et plus largement de la citoyenneté européenne.

Cette année, les Erasmus days seront de retour au CFA Institut des Métiers de l’Artisanat les 10, 11 et 12 octobre prochains ! Trois journées pour promouvoir la mobilité et les avantages de ce dispositif qui profite à des centaines de jeunes partout en France, Allemagne, Grèce, Royaume-Uni, Espagne... autant de destinations dans lesquelles les apprentis ont l'opportunité de vivre de véritables expériences humaines et culturelles grâce au travail des équipes pédagogiques du CFA IMA et des partenaires.

Erasmus

A cette occasion, une exposition photographique « Ils l’ont fait ! » retraçant les expériences en mobilité des apprentis sera à découvrir au Centre de Ressources Documentaires des deux sites de formation.

Elle sera complétée, dès le 5 septembre par la publication de témoignages d’apprentis sur la page Facebook et le compte Instagram du CFA IMA ! Ne manquez pas ce focus !

Vous n’êtes pas au CFA durant les Erasmus days ? Découvrez les témoignages des jeunes de l’Institut des Métiers qui ont pu vivre leur passion en voyagent !

Ly-An, diplômée en esthétique
Mobilité post-apprentissage
5 mois à Gastouni

« Cette mobilité m’a aidé à grandir et mûrir »

« Je suis partie avec la volonté d’apprendre et d’évoluer dans mon métier. Au début, je n’ai pas fait grand chose, j’ai beaucoup observé. L’intégration au sein de l’entreprise s’est faite doucement mais, par rapport à la France, d’un point de vue hygiène et protocole de soin c’est le jour et la nuit! Je suis un peu destabilisée. J’ai pratiqué quelques épilations et quelques modelages sur des  clientes, en binôme avec ma collègue. Je devais suivre «ses manœuvres» mais j’ai constaté qu’il n’y avait pas vraiment de protocole. J’ai pu faire un soin facile avec une machine et un appareil minceur pour le corps en autonomie. A la fin, je faisais tous les soins sur la machine LPG. J’ai aussi appris une technique pour débloquer des nœuds au dos, ce que l’on ne fait pas en France. Mes collègues et les clientes m’ont toujours fait de bons retours sur mon travail donc j’en suis fière. Au final, je suis revenue avec un bilan mitigé de mon parcours professionnel en Grèce. Pourtant, même si l’entreprise, c’est vrai, ne correspondait pas vraiment à ce que je m’attendais, j’ai aimé ce contexte, ce projet de mobilité et devoir apprendre à m’adapter à chaque nouvelles situations qu’elle soit bonne ou mauvaise.
Je dirais que cette mobilité m’a apporté un plus grand savoir professionnel sur les soins appareillés, aussi bien en techniques esthétique qu’en capacité d’adaptation au sein d’une nouvelle équipe, avec le défi de barrière de langue, une meilleure aisance en anglais aussi bien professionnellement que pour la vie quotidienne, un carnet de contacts professionnels et amicals, un enrichissement culturel merveilleux. J’ai adoré pouvoir découvrir ce pays, sa richesse historique, le style culinaire, musical, et la langue... »

Lorène, diplômée en pâtisserie
Mobilité post-apprentissage
9 mois à Cambridge
« Ces 9 mois ont été riches en émotions »

« Les premières semaines se sont résumées à de la découverte et de l’adaptation. Il s’agissait d’une pâtisserie fine proposant des produits 100% maison avec un catalogue de produits très variés. Le laboratoire étant ouverte sur la salle, nous étions en rapport constant avec la clientèle. D’abord handicapée par la barrière de la langue, j’ai eu un départ assez difficile. Après 2 mois, je commençais à me sentir autonome, intégrée et à comprendre plus facilement ce qu’on me disait et ce qu’on attendait de moi. Mon chef étant satisfait de mon travail, j’ai pu travailler en totale autonomie à ce moment-là. Le travail chez Dulcedo était à la fois similaire et à 1000 lieux de ce que j’ai pu faire en France. Le chef est issu de pâtisserie de restauration, il a donc des techniques et organisations que je ne connaissais pas. Un échange de pratique s’est donc mis en place et je suis heureuse d’avoir pu moi aussi lui transmettre des techniques. Il m’a fallu être très réactive et rapidement autonome car il m’est souvent arrivée d’être seule en cuisine pour gérer simultanément ma production du jour et les commandes de brunch. Il fallait également faire preuve d’initiatives pour s’occuper des crèmes, mousses ou glaçages laissés en suspens par le chef pour répondre à la demande d’un client. Nous avions également beaucoup de commandes à honorer dans le cadre d’évènements divers ou pour des grandes entreprises situées à proximité. L’une des choses qui m’a le plus choqué c’est noël, la fréquentation est tellement basse que l’entreprise ferme la semaine entre noël et le jour de l’an. Chose impensable en France!  A la fin de mon stage, le chef m’a proposé une place de chef de partie que j’ai choisi de refuser pour  raisons financière et familiale. C’est avec regret que j’ai quitté Dulcedo qui offrait un travail varié, intéressant et une bonne ambiance. »

Benjamin, apprenti boulanger
Mobilité en cours d’apprentissage
2 semaines à Jawor
« Partager son métier avec des gestes »

« J’ai travaillé dans le laboratoire des boulangers où j’ai bien été accueilli. Nous travaillions de 17h à 1h00 chaque jour. Le laboratoire est équipé de nombreuses machines que je n’avais jamais vues auparavant : diviseuses-bouleuses, pétrins avec des bras différents de chez nous, machine pour casser les oeufs et séparer les blancs des jaunes. J’ai pu voir que leur mode de pétrissage était semblable au nôtre, qu’ils travaillent toutes leurs pâtes au levain et que leurs pains étaient très salés. J’ai passé pas mal de temps du côté des «Tourriers» pour fabriquer des brioches, des beignets et des couques. Dans ce laboratoire, j’ai pu peser, diviser, façonner, cuire, faire la finition des produits et préparer les commandes. Nous avons également pu montrer comment fabriquer des baguettes traditions, des pains aux raisins avec une pâte briochée et des couques avec leur marmelade. Ils ont été attentifs à toutes les étapes de fabrication et nous avons fait traduire les recettes en polonais pour qu’ils puissent les fabriquer et les commercialiser. Nous avons pris beaucoup de plaisir à échanger avec eux, même si la barrière de la langue a un peu compliqué la communication. Ce stage m’a permis de vivre en communauté et de découvrir pas mal de choses sur moi-même. J’ai également su dépasser la frontière du langage et partager mon métier avec des gestes et de l’attention. Je garde un très bon souvenir de ce voyage./nbsp]»

 

Hélène, diplômée en coiffure
Mobilité post-apprentissage
5 mois à Croydon
« Plus je pratiquais plus je progressais. Une chose est sûre, il faut se tromper et ne pas avoir honte pour comprendre et avancer ! »

« J’étais logée dans une famille d’accueil, j’ai tout partagé avec eux pendant 7 mois, les hauts, les bas et tout leur bonheur du quotidien. Au début, je ne savais pas aligner 3 mots d’anglais. Après deux mois passés en Angleterre, j’ai enfin su m’exprimer et réussir à me faire comprendre. J’ai commencé mon stage dans un salon où je ne suis pas restée longtemps. Disons que je n’ai pas trouvé ma place, l’équipe était irrespectueuse voire humiliante. Avant de reprendre un billet d’avion pour rentrer en France, j’ai pris du recul et je me suis rappelée pourquoi j’étais venue. Alors, motivée par l’envie d’apprendre, soutenue par mon CFA et ma famille d’accueil, nous avons retrouvé une nouvelle entreprise. A partir de là, tout a vraiment pu commencer. J’ai pu progresser en anglais en douceur et continuer de pratiquer la coiffure sans pression dans le salon Dtail à Caterham avec une superbe équipe. Ils m’ont montré des techniques différentes et une autre pratique des produits. J’ai réussi à avoir de bonnes clientes et beaucoup de pourboires! En plus de mes heures de travail au salon, je suis allée pousser des portes de Mazella and palmer Academy afin de progresser en coiffure. On m’a proposé de les assister sur mes jours de repos.  A Londres, le temps plein c’est 48h, en travaillant sur mes jours de repos j’en faisais presque 70, et  pourtant aujourd’hui tout cet investissement paie. Je suis rentrée en France parce que le brexit a tout compliqué. Mazella and palmer Academy m’ont demandé de revenir pour travailler en tant que coiffeuse et future éducatrice. J’ai dit oui ! Le 29 septembre 2019, je reprendrai l’avion pour London, je ne sais pas encore combien de temps ni où je dormirai mais je sais que ça va être fantastique. Erasmus offre une extraordinaire chance de vivre et d’apprendre a l’étranger. C’était inoubliable! »

Léa, apprentie en maintenance automobile
Mobilité en cours d’apprentissage
3 semaines à Augsbourg
« Si c’était à refaire, je le referai avec plaisir »

« Première journée de travail chez Mercedes, la personne qui s’occupait de moi s’appelait Daniel. Il se trouve qu’il y a 2 ans il a été à Bordeaux lors du même échange et qu’il parle français. Étant donné que Mercedes-Benz est une marque de voiture assez luxueuse comparé à Peugeot en France, je n’ai pas pu toucher beaucoup au véhicule, j’ai surtout fait du pneumatique, de la révision et du freinage, le tout en binôme avec Daniel. Ce qui m’a le plus impressionné dans l’entreprise, c’est qu’ils trient tous les déchets, ils sont très organisé pour le ménage. Ils ont également quelques techniques de travail que je ne connaissais pas, comme par exemple la machine à démonter les pneus qui est complètement automatique, il n’y a qu’à appuyer sur un bouton en 15 minutes les quatre pneus sont faits. Autre exemple, pour le diagnostic il y a 4 chariots par team, équipés d’une imprimante et d’une tablette reliées sans fil à un boîtier que l’on branche directement à la voiture. A chaque fois qu’il y a un diagnostic en cours ils branchent également la batterie pour la recharger. Les échanges linguistiques se faisaient principalement en anglais, en allemand quand j’y arrivais, parfois en français vu que mon binôme parlait français et souvent en mime. On arrivait à se comprendre, ou presque, et ça en devenait marrant.Ce voyage m’a beaucoup apporté que ce soit au niveau culturel qu’au niveau professionnel. J’ai adoré échanger avec des personnes ayant une langue différente de la mienne. J’ai adoré découvrir le quotidien des allemands. Ce voyage m’a apporté confiance en moi, il m’a rendu plus mature et débrouillarde. »

Manon, diplômée en coiffure
Mobilité post-d’apprentissage
5 mois à Croydon
« Le retour en France a été un peu brutal, je repartirai c’est sûr !»

« J’ai travaillé dans le salon Alexander Hair Design. Au début, j’ai été un peu déstabilisée car je souhaitais partir en stage pour apprendre les techniques barbiers or ce salon a très peu de clientèle homme. Même si Alexander sait travailler les coupes hommes, ce n’est pas ce qu’il préfère. J’étais un peu déçue mais le salon est super et Alex est génial, je me suis donc adaptée. L’échange de pratique fut constructif et très intéressant. J’ai appris de nombreuses techniques dont le fameux brushing turque, spécialité de ce salon. Alexander et Néo sont de très bons visagistes et ils procèdent beaucoup au feeling avec la clientèle, c’est très impressionnant ! Au début, j’ai travaillé sur des modèles avec une réduction du tarif habituellement appliqué et j’ai assisté Alex. La barrière de la langue n’a pas duré longtemps, la communication s’est très bien passée. J’ai eu la chance d’être formée à l’utilisation de la gamme de produits NASHI, la marque utilisée par le salon. Cette ambiance bienveillante m’a permis de prendre confiance en moi et en mon travail. J’ai pu ensuite prendre mes propres clients et évoluer en autonomie dans le salon. Je fais aujourd’hui un travail de meilleure qualité et complet. J’ai travaillé mes lacunes en sortant du moule de l’enseignement et en passant à un travail plus personnalisé et approprié à chaque client. J’ai appris l’anglais et j’ai maintenant des contacts et opportunités professionnelles à l’étranger. »

 

Nos partenaires :
Erasmus +, Protandem, et OFAJ.
@apprendrelanglaisuk (Croydon), @centreFrançaisBerlin (Berlin), @copaeilis (Gastouni, Grèce), @IES.practicas.internships.stage (Barcelone),
@eucsyd.dk (Danemark), @HWKFrankfurtRheinMain (Francfort), @HandwerskammerDresden (Dresde).

 

Si toi aussi tu veux partir à l’étranger comme Manon, Benjamin ou Hélène ? Contacte ta référente mobilité :

Mme CAILLEBA
05 57 59 15 60 
adeline.cailleba(at)cm-bordeaux.fr

Plus d'informations sur le dispositif Erasums + :

Chiffres clés : https://www.generation-erasmus.fr/erasmus/
Site web : https://www.generation-erasmus.fr/

 

 

Les Erasmusdays arrivent bientôt au CFA IMA !
Toutes les actualités